Cher(e)s ami(e)s abonné(e)s et/ou adhérent(e)s,

 

Vous avez sans doute remarqué que votre cinéma a fermé ses portes depuis le 15 mars : cet étrange petit virus semble désormais capable de remettre en cause à lui seul notre mode de vie consumériste et individualiste que 2 siècles d’utopies n’avaient pas réussi ne serait-ce qu’à ébranler. Quelle leçon d’humilité ! La toute-puissance de l’argent remise en cause par un petit machin de rien du tout qui se fout du cours du dollar, des conquérants, des gagneurs !

Peut-être (je dis bien peut-être), cette période surréaliste nous permettra-elle de reprendre notre vie et notre planète en mains ? On peut rêver d’une charte de justes pratiques à l’image de ce que le Conseil national de la Résistance avait mis en place au sortir de la guerre et que les gouvernements qui se sont succédé (de droite ou de gauche) n’ont eu de cesse de rogner au nom du grand principe de la libre concurrence et du capitalisme triomphant.

On redécouvre soudain l’intérêt des services publics : hôpitaux, écoles, ramassage des ordures et leur importance essentielle, comme le dit Coline Serreau dans « Grand bien vous fasse » sur France Inter (et que je vous recommande), en bref, les infrastructures pour que les GAFAM fassent des bénéfices exorbitants sans pour autant payer les impôts qui s’y attachent.

Le grand défi, désormais, c’est de tirer parti de ce temps suspendu pour revisiter nos modes de relations, nos modes de vies et essayer d’inventer une nouvelle façon « d’être au monde »…

Cette brutale interruption ne nous aura pas permis de vous faire profiter du joli programme qu’Emmanuelle vous avait concocté pour Histoires Vraies.doc. Ce n’est, j’espère, que partie remise et la sortie du confinement pourrait être l’occasion d’une joyeuse fête autour des films qui attendent d’être vus.

Je vous donne quand même la solution de ma dernière énigme : le film, dont le titre original est Little women, c’était Les quatre filles du Docteur March et les 3 comédiennes qui ont joué le rôle de Joe avaient pour nom Katharine Hepburn dans la version de 1933, Winona Ryder en 1994 et Saoirse Ronan en 2019. Une de nos fidèles a ajouté June Allyson qui a tenu le rôle en 1949.

Vous savez que j’aime la chanson : dans ma diatribe, j’ai utilisé les termes d’une très belle chanson d’amour d’une artiste « régionale ». Saurez-vous trouver le titre de la chanson et le nom de l’artiste ?

Et n’oubliez pas : dans le Sud-Ouest, le confit ne ment jamais !

 

Georges SOTHIER

Cinéma art et essai de proximité - Label jeune public, patrimoine et répertoire

CinéDuchère - 308 avenue Andrei Sakharov 69009 Lyon - cineduchere@orange.fr -  04 72 17 00 21

Copyright © 2013. All Rights Reserved.